L Mag : Combien de jardins avez vous réalisé sur la French Riviera ?

Jean Mus : J’ai dessiné plus de 1500 jardins sur la planète et plus d’un millier sur la Côte d’Azur en 40 ans. L’histoire d’amour est longue ! C’est drôle que vous m’ayez contacté pour cette interview car il se trouve que le premier jardin que j’ai réalisé il y a 40 ans était à Cannes pour l’un des fondateurs de Lancaster !

 

La French Riviera est-elle toujours une source d’inspiration pour vous ?

J’ai un lien charnel, passionnel, presque génétique avec les bords de la Méditerranée.
J’habite un petit village, Cabris, où on voit la mer, l’Esterel, Cap Martin, l’ile d’Elbe deux fois par an et parfois la Corse. Entre les oliviers et les cyprès, j’assiste, surtout en hiver à des couchers de soleil fabuleux. Son inspiration est sans limite parce qu’un coucher de soleil suppose l’espoir du lendemain et qu’une vie nouvelle va à nouveau réapparaitre.

 

Quels sont vos liens personnels avec la Riviera ?

Je suis né à Grasse, la ville des parfums. Imaginez cette campagne de la Provence orientale, des champs de rose et jasmin à perte de vue aux cœur d’un merveilleux jardin. Cette inspiration m’a été offerte par un papa jardinier, un vrai. Le destin était déjà écrit, je n’avais plus qu’à l’entretenir…

 

Votre adresse préférée sur la Riviera ?

J’ai une admiration sans limite pour Alain Ducasse. C’est un surdoué qui ose, qui touche à plein de choses, qui a dépoussiéré les attitudes franco-francaises. Alain est un grand serviteur du prestige de la Riviera.

 

Quel est votre mantra solaire ?

L’improvisation permet de rester créatif et imaginatif : la liberté totale, faire des bêtises, et rendre les gens heureux.

 

Où vous entrainent vos projets futurs ?

Je travaille sur les jardins de l’hôtel de Paris à Monaco et des jardins privés dans 12 pays différents, de la Chine aux USA, du Maroc à l’Espagne, mais je reste un Méditerranéen même quand je vais dans le Nord !