Lancaster utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur ce site et vous fournir des services et des contenus adaptés à vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Fr
Lire l'article
#Play With Light

Brice Compagnon

Quelle est ta définition de la photogénie ?

 

Je me souviens d'une phrase d'Odile Sarron, grande directrice de casting au ELLE, qui m'a tout appris : "Mon métier, c'est comme le charme, ça ne s'explique pas, ça se ressent". C'est tellement vrai. Il y a des filles qui irradient, c'est comme ça. Elles ont une aura. Cela tient à leur carnation, leur grain de peau, un "je ne sais quoi" magique. On peut aussi être doté de cette lumière sans être forcément esthétiquement belle. Regardez Simone Signoret dans "La Vie devant Soi" : elle joue une vieille prostituée, ravagée par l'alcool, et pourtant elle est solaire et magnifique. 

 

Comment réalises-tu tes castings ?

 

Les gens auréolés de cette lumière, comme une intervention divine, je les repère d'instinct. Je me souviens d'Anna Mouglalis : elle n'était pas très grande, et pourtant je l'ai vue tout de suite au milieu de 100 personnes. 

Comment fait-on quand on ne l'a pas en soi, cette lumière ?

 

On peut être une très belle personne, plein de charme, sans être photogénique. Il suffit de créer sa propre lumière. De techniques existent pour cela. Je pense à des icônes comme Marlene Dietrich et Ava Gardner : elles ne travaillaient qu'avec certains directeur de la photographie, et selon des instructions rigoureuses, car elles se connaissaient par cœur, savaient exactement comment se comporter, se positionner, sculpter leur visage avec la lumière, pour être sublimes.  

 

Quelles sont les lumières que tu affectionnes ?

 

Il y en a tellement ! Je pense dans l’immédiat à Hans Feurer qui affectionnait les lumières très douces de l'aube ou du soir. Ou à Steve Hiett, qui joue beaucoup avec le flash et la surexposition, une lumière un peu violente, pleine de contrastes, ce qui donne des images qui gomment les impuretés, très nettes. Pour résumer, la lumière intérieure ne s’explique pas, elle est, tout simplement, mais elle peut être recréée au moyen de nombreuses techniques. La beauté de l’image est accessible à tous !

Cet article pourrait vous intéresser
Philippe Azara

Photographe corse basé à Ajaccio et 'frequent flyer' entre Londres et Los Angeles où il prépare sa première exposition pour la rentrée, Philippe Azara superpose les couchers de soleils de l'île de Beauté aux lignes graphiques des villes qu'il survole toute l'année. Il nous parle de ses inspirations lumière et couleurs, que lui seul peut voir...

Clément Dezelus

Avec les beaux jours qui arrivent tout bientôt, youpie, on se réjouit d’accueillir le nouveau parfum estival de Lancaster : Lancaster Sunrise. Rencontre lumineuse avec l’artiste (illustrateur et réalisateur) Clément Dezelus, qui s’est vu donner carte blanche pour concevoir l’identité visuelle de cette fragrance fraîche, pop et énergique.

Joyeux clair-obscur

Julie Ansiau est une photographe connue essentiellement pour ses images d’intérieurs publiées dans la presse fashion et lifestyle : elle sublime n’importe quel endroit avec sa « patte » reconnaissable entre toutes. Mais Julie fait aussi des portraits, des campagnes de publicité… Avec toujours, cette signature unique que l’on pourrait résumer en trois mots : douceur, gaité, poésie. Quel est son secret ? De la mise en scène, bien sûr, mais surtout, une façon bien à elle de jouer avec la lumière. Interview.

Margot Breby : Le monde en pastel

Social media manager dans une agence digitale*, Margot Breby enchante la toile avec son compte Instagram** empreint d’insouciance, de tendresse, de spontanéité et d’une certaine naïveté rafraîchissante. Elle nous parle de sa façon à elle d’immortaliser, entre ciel et mer, un instant ou un détail de vie qui la touchent.

Kirakira+, glitter or not glitter ?

En 2015, un petit ovni scintillant débarquait sur Instagram : Kirakira+. Un nom de code kawai pour une appli qui ne l'est pas moins. Depuis la fashion week de la rentrée dernière, la fashion sphère s'est emparée de la chose, et le buzz est en marche, avec pas moins de 70 000 # recensés à ce jour sur Instagram.

Retour accueil Mag
Découvrez le GlowScope
Restez connecté(e)
Abonnez-vous à la newsletter
Lancaster
Logo Lancaster Search Icon L Lancaster Logo L-Diag