Lancaster utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur ce site et vous fournir des services et des contenus adaptés à vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Fr
Lire l'article
#Play With Light

Philippe Azara

Quel est votre moment préféré de la journée pour jouer de la lumière ?

 

C'est incontestablement le coucher du soleil, en particulier en bord de mer. La lumière de l’aube a elle aussi une teinte assez particulière, proche du coucher de soleil.

 

Comment l'île de Beauté vous inspire-t-elle ?

 

La Corse, en particulier ses paysages, m’inspire car j’aime jouer avec le contraste de la vie urbaine et les couchers de soleil de l’ile de beauté dans mes oeuvres. Les paysages de la Corse adoucissent l’agressivité des paysages urbains que je côtoie tout au long de l’année à travers mes voyages. 

 

Comment avez-vous commencé la photo ?

J’ai toujours eu le goût de la photographie, depuis mon plus jeune âge. J’ai commencé avec les polaroids, puis il y a eu l’époque appareil jetable, mais il m’en fallait plus. J’ai eu mon premier argentique à l’âge de 13 ans et bien évidemment avec l’arrivée du numérique, j’ai succombé aux sirènes. C’est aussi à cet âge-là que l’on a découvert mon daltonisme...

"Le monde vu par un daltonien" dit votre site, dites-nous en un peu plus sur votre vision...

Je ne vais pas forcément voir la même couleur (que tout le monde) lorsque l'intensité ou la luminosité change ! On dit souvent que les daltoniens ont une autre perception, ça impacte mon travail surtout lors de la post-production, la balance des blancs, la teinte de la peau et le ciel sont un véritable défi pour moi. A contrario, lorsque je crée une œuvre, je me concentre essentiellement sur la luminosité et la vibrance des couleurs. 

 

D'où est venue l'idée de "superposer" vos photos pour en créer de nouvelles ?

Un soir, en pleine crise existentielle, je ne trouvais aucune inspiration, j’étais dans une ville que je ne connaissais pas, j’en avais fait un le tour niveau photographie, je bidouillais ma caméra et je suis tombé sur le mode OVERLAY, j’ai tenté. Au début ce fut très abstrait mais j'ai beaucoup lu à ce sujet et j’ai appris et j’apprends toujours à maîtriser cette technique. J’ai toujours voulu être peintre ou dessinateur, avec la double exposition, je réalise un peu mes rêves d’enfants.

 

www.mrazara.com 

 

Photos : © Philippe Azara

 

Cet article pourrait vous intéresser
Clément Dezelus

Avec les beaux jours qui arrivent tout bientôt, youpie, on se réjouit d’accueillir le nouveau parfum estival de Lancaster : Lancaster Sunrise. Rencontre lumineuse avec l’artiste (illustrateur et réalisateur) Clément Dezelus, qui s’est vu donner carte blanche pour concevoir l’identité visuelle de cette fragrance fraîche, pop et énergique.

Brice Compagnon

Brice Compagnon est directeur de casting. S'il se voit confier de nombreux castings par de grands noms de la mode et de la beauté, il est surtout connu pour son activité de casting sauvage : pas un seul instant ne se passe sans qu'il ait l'œil qui furète, toujours à la recherche de "gueules". Il nous parle de photogénie, d'aura, et bien sûr de lumière.

Joyeux clair-obscur

Julie Ansiau est une photographe connue essentiellement pour ses images d’intérieurs publiées dans la presse fashion et lifestyle : elle sublime n’importe quel endroit avec sa « patte » reconnaissable entre toutes. Mais Julie fait aussi des portraits, des campagnes de publicité… Avec toujours, cette signature unique que l’on pourrait résumer en trois mots : douceur, gaité, poésie. Quel est son secret ? De la mise en scène, bien sûr, mais surtout, une façon bien à elle de jouer avec la lumière. Interview.

Margot Breby : Le monde en pastel

Social media manager dans une agence digitale*, Margot Breby enchante la toile avec son compte Instagram** empreint d’insouciance, de tendresse, de spontanéité et d’une certaine naïveté rafraîchissante. Elle nous parle de sa façon à elle d’immortaliser, entre ciel et mer, un instant ou un détail de vie qui la touchent.

Kirakira+, glitter or not glitter ?

En 2015, un petit ovni scintillant débarquait sur Instagram : Kirakira+. Un nom de code kawai pour une appli qui ne l'est pas moins. Depuis la fashion week de la rentrée dernière, la fashion sphère s'est emparée de la chose, et le buzz est en marche, avec pas moins de 70 000 # recensés à ce jour sur Instagram.

Retour accueil Mag
Découvrez le GlowScope
Restez connecté(e)
Abonnez-vous à la newsletter
Lancaster
Logo Lancaster Search Icon L Lancaster Logo L-Diag